Vous êtes ici

Les cyanobactéries en eau douce

Sujets: Contaminants et dangers, Agents biologiques, Eau potable, Eau

Les cyanobactéries, ou « algues bleu-vert », sont des microorganismes naturellement présents dans les sources d’eau douce, saumâtre et marine pouvant produire des cyanotoxines. Ces toxines constituent un important enjeu de santé publique puisqu’elles peuvent rendre les gens malades et, dans le pire des scénarios, causer la mort (Svirčev et coll., 2017). Dans certaines conditions environnementales, les cyanobactéries se multiplient rapidement, ce qui entraîne des proliférations. Celles-ci s’observent tout au long de l’année, mais surtout en été et au début de l’automne (NCEH des CDC, 2015). On s’attend à ce que leur fréquence et leur durée augmentent en raison des changements climatiques (Hamilton et coll., 2016). Les ressources présentées ci-dessous visent à aider les praticiens en santé publique à :

  • reconnaître et prévenir les fleurs d’eau de cyanobactéries;
  • fournir des conseils en matière de surveillance, de gestion et d’intervention en cas de proliférations (dans l’eau potable ou dans les eaux utilisées à des fins récréatives);
  • fournir des conseils sur la communication des risques en cas de proliférations.

Ressources du CCNSE

  • Les cyanobactéries en eau douce (2017)
    Cette fiche d’information fournit un aperçu de ce qu’il faut savoir sur les cyanobactéries et les toxines qu’elles produisent.

Ressources externes

  • Control and Treatment (US EPA, 2017)
    Cet outil de gestion explique comment réduire l’apport en nutriments pour prévenir les proliférations de cyanobactéries dans l’eau potable et dans les eaux utilisées à des fins récréatives. Il propose également des mesures correctrices et d’atténuation à utiliser en cas de proliférations ainsi que des suggestions à l’intention des responsables de l’approvisionnement en eau pour réagir à la présence de fleurs d’eau de cyanobactéries et de toxines.
     
  • Les toxines cyanobactériennes dans l’eau potable (Santé Canada, 2016)
    Les recommandations proposées par Santé Canada précisent la concentration maximale totale acceptable de microcystines dans l’eau potable (1,5 µg/L). Vous y trouverez des renseignements sur la création d’un plan d’action et d’un arbre de décision pour surveiller les cyanobactéries, les mesures à prendre en cas de détection de cyanotoxines dans l’eau potable (annexe B) et des renseignements sur la communication des risques (sections 3.1.2 et 3.2.1; annexe B).
     
  • Mise à jour – Santé Canada propose des conseils visant à protéger les nourrissons des toxines d’algues présentes dans l’eau potable (Santé Canada, 2016)
    Cette courte mise à jour fournit des conseils sur la communication des risques aux parents de nourrissons en cas de contamination potentielle de l’eau potable aux cyanotoxines.
     
  • Decision protocols for cyanobacterial toxins in BC drinking water and recreational water (gouvernement de la Colombie-Britannique, 2015)
    Ce guide propose une version courte et simplifiée des renseignements fournis dans les recommandations proposées de Santé Canada. L’information peut être adaptée à divers contextes. Le document contient également un arbre de décision pour surveiller les cyanobactéries dans les eaux utilisées à des fins récréatives.
     
  • Health effects support document for the cyanobacterial toxin microcystins (US EPA, 2015)
    Ce document d’analyse fournit des renseignements complets sur divers sujets liés aux microcystines : propriétés physiques et chimiques, synthèse et évolution dans l’environnement, présence et exposition dans l’eau et d’autres milieux, toxicocinétique et caractérisation du risque.
     
  • Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada – Troisième édition (Santé Canada, 2012)
    Ce document contient les recommandations de Santé Canada en ce qui concerne la concentration totale de microcystines dans les eaux utilisées à des fins récréatives (20 µg/L), aborde d’autres cyanotoxines courantes et propose des conseils pour communiquer les risques aux usagers des eaux récréatives.

Articles évalués par des pairs

Cette liste ne se veut pas exhaustive; une ressource peut donc être pertinente sans s’y retrouver.

Dernière mise à jourjuin 15, 2017