Vous êtes ici

Bains flottants

Sujets: Contaminants et dangers, Maladies transmissibles et infectieuses, Eau potable, Établissements de services personnels, Eau

Les bains flottants, ou bassins de flottaison, connaissent actuellement une nouvelle vague de popularité depuis leur arrivée sur le marché dans les années 70. Ces bains, cuves ou caissons sont conçus pour apporter des bienfaits physiques et mentaux en diminuant ou en éliminant les signaux sensoriels. En gros, l’usager se laisse flotter sur le dos dans une solution chaude et quasi saturée de sulfate de magnésium (MgSO4) qui le maintient à la surface et lui donne une impression d’apesanteur. Le bain est placé dans une pièce chaude et sombre, et les usagers portent des bouchons d’oreille pour atténuer les bruits ambiants.

Le gain de popularité des bains flottants a amené les professionnels de la santé publique à se questionner sur l’inspection des établissements et la protection de la santé publique. Les bains flottants se distinguent des autres types d’installations pour diverses raisons :

  • Même si leur utilisation consiste à se laisser flotter dans de l’« eau », leur fonctionnement et leur exploitation diffèrent grandement de ceux des installations de loisirs aquatiques traditionnels, ce qui suscite un questionnement sur leur classification et leur régulation;
  • Ces bains font appel à une solution dont les propriétés chimiques et physiques sont bien différentes de celles de l’eau utilisée à des fins récréatives, ce qui influence de nombreux aspects de leur conception et de leur exploitation;
  • La solution n’est pas changée entre les usagers; elle subit plutôt plusieurs cycles de filtration et de désinfection. Une solution peut servir plusieurs centaines de fois avant d’être changée;
  • Il peut être difficile d’analyser la solution (pour y repérer des halogènes et des microbes ou en connaître le pH) au moyen des méthodes traditionnelles employées pour l’eau utilisée à des fins récréatives.

Ressources du CCNSE

  • Bains flottants : considérations pour la santé publique environnementale (2016)
    Ce document évalué à l’externe porte sur les principaux risques pour la santé associés aux bains flottants, notamment le potentiel de survie d’agents pathogènes, les problèmes liés aux méthodes de désinfection et d’analyse, le risque de blessure et de décès accidentels et les lésions corporelles. Il présente également quelques lacunes dans les données probantes et propose des études qui permettraient de les corriger.
     
  • Bains flottants : examen des lignes directrices et des considérations actuelles pour les inspecteurs en santé publique (2016)
    Ce document évalué à l’externe analyse les lignes directrices et règlements actuellement en vigueur à divers endroits et parle de quelques groupes importants ayant contribué au développement et à la promotion de critères et de normes de conception et d’exploitation des bains flottants. Le document s’appuie également sur l’expérience de Vancouver Coastal Health (Vancouver, C.-B.) quant à la planification et à l’inspection des nombreux établissements commerciaux de bains flottants de la région.

Ressources externes

  • Floatation Tank Design and Operation (à venir)
    Une demande de changement a été soumise au Council for the Model Aquatic Health Code (CMAHC). Si la demande est acceptée, de l’information et des recommandations sur les bains flottants seront ajoutées au Model Aquatic Health Code (MAHC). Les demandes de changement peuvent être consultées sur le site Web du CMAHC.
     
  • Washington State’s Approach to Regulating Floatation Tanks (National Association of County and City Health Officials, 2017)
    Ce webinaire examine les défis qu’a rencontré le Washington State’s Water Recreation Program. À noter que l’utilitaire Adobe Connect est nécessaire.
     
  • Résumé de preuves pertinentes : risque d’infection associé à l’usage des bassins de flottaison (Santé publique Ontario, 2016)
    Ce document évalue les données probantes de la littérature universitaire visant à déterminer si les bains flottants posent un risque d’infection. Il aborde la survie des agents pathogènes, les voies d’exposition et la filtration et la désinfection.
     
  • Lignes directrices sur les bains flottants
    Peu de gouvernements et d’administrations ont publié des lignes directrices sur la conception des bains flottants et la planification et l’exploitation des établissements. Parmi les rares documents sur le sujet, notons les Guidelines for Float Tanks (ministère de la Santé de la C.-B., 2016) et les Guidelines for Floatation Tank Installation, Operation, Monitoring and Risk Management (Department of Health, gouvernement de l’Australie-Occidentale, 2017). L’information contenue dans ces documents ne remplace pas les directives et les règlements provinciaux; les professionnels de la santé publique devraient vérifier auprès des autorités de leur région si des lignes directrices sont en place.
     
  • Component Certification Specification for Floatation or Sensory Deprivations Systems and Related Equipment (CCS-12804) (National Sanitation Foundation, 2013)
    La NSF a créé, en collaboration avec des exploitants de bains flottants et des experts en santé publique, une norme sur la conception, les méthodes de désinfection et les critères d’analyse de la plupart des bains flottants commerciaux. Ce document fait l’objet de mises à jour périodiques.

Cette liste ne se veut pas exhaustive; une ressource peut donc être pertinente sans s’y retrouver.

Dernière mise à jourjuin 01, 2017