Vous êtes ici

Les claviers transmettent plus que des mots : synthèse des connaissances sur les claviers d’ordinateurs des hôpitaux, réservoirs pour les infections au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline

Sujets: Maladies transmissibles et infectieuses, Établissements publiques Emplacement: Général, Canada

Introduction

  • Le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) est un pathogène responsable d’une infection cutanée grave qui constitue une menace de santé publique émergente étant donné sa multi-résistance aux médicaments. 

Résultats

  • Le SARM est souvent à l’origine d’infections nosocomiales, ou acquises en milieu hospitalier, et est très répandu partout dans le monde; les infections contractées en milieu communautaire sont aussi inquiétantes. 
  • Vu l’avènement des dossiers médicaux électroniques, les ordinateurs sont souvent utilisés dans les hôpitaux; or, ils pourraient servir de vecteurs passifs dans la transmission de pathogènes.
  • Certains hôpitaux dans le monde ont constaté une contamination de leurs claviers par des agents pathogènes.
  • Les mains sont la source principale de transmission de pathogènes : une contamination croisée peut survenir lorsque les fournisseurs de soins de santé interagissent avec les patients, puis utilisent les ordinateurs.  

Conclusion

  • Les résultats de cette revue de la littérature soulignent qu’il faut approfondir les recherches sur le rôle des claviers d’ordinateurs dans la contamination au SARM dans les hôpitaux canadiens, modifier les politiques en matière de lavage des mains et de nettoyage et resserrer la surveillance des infections au SARM en effectuant le typage moléculaire des isolats et en établissant une séquence temporelle entre la contamination des objets et les taux d’infection. 

 

Date de publicationaoût 20, 2018
Date d'affichageaoût 20, 2018