Vous êtes ici

Les bâtiments LEED à ventilation naturelle sont-ils plus sains? (UBC Bridge Program)

Sujets: Environnement bâti, Air intérieur, Établissements publiques Emplacement: Général, Canada

Les systèmes d’évaluation des bâtiments verts tels que Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) sont fondés sur diverses méthodes de conception pour réduire la consommation d’énergie et les dommages environnementaux. Ces méthodes, comme celle de la ventilation passive, n’améliorent pas nécessairement la santé des occupants :

  • Les stratégies de ventilation passive utilisées pour réduire la consommation d’énergie peuvent causer une circulation d’air inégale et des taux d’échange d’air faibles. Ceci peut entraîner des augmentations localisées d’émissions liées au bâtiment, comme le dégagement de composés organiques volatils (COV). 
  • Les méthodes utilisées pour réduire les COV et l’entraînement de particules atmosphériques, comme l’élimination de tapis et de meubles, peuvent accroître les bruits et la durée de la réverbération. La ventilation passive, qui permet la libre circulation d’air entre les pièces et les couloirs, peut mener à une transmission incontrôlée du bruit. 

Les mesures normatives intégrées au système d’évaluation LEED et la structure de la méthode d’évaluation (attribution de points) ne garantissent pas toujours une qualité de l’air intérieur (QAI) élevée.

  • Le système LEED reconnaît la nécessité d’encourager l’utilisation de matériaux à faibles émissions et fournit du soutien pour le choix de matériaux de remplacement. Cependant, les mesures périodiques du rendement fournissent des renseignements pertinents aux gestionnaires d’immeubles et aux occupants. 
  • Les bâtiments LEED peuvent obtenir un niveau de certification élevé s’ils obtiennent beaucoup de points relativement à l’efficacité énergétique, mais un nombre minimal de points pour la QAI. Par conséquent, un niveau de certification élevé, comme platine ou or, n’est pas nécessairement synonyme de QAI levée.

Il existe des lacunes sur le plan de la recherche entre la façon dont les bâtiments sont conçus et leur rendement par rapport à la santé humaine. On peut combler ces lacunes en matière de connaissances en :

  • Intégrant les leçons tirées des études sur le syndrome des bâtiments malsains (SBM), qui peuvent guider les études futures sur l’exposition et les stratégies d’atténuation applicables aux bâtiments verts ayant des problèmes de ventilation. 
  •  En reconnaissant la nécessité d’abandonner les processus de conception normatifs employés par le système LEED et d’adopter des méthodes de mesure axées sur le rendement mises en application au moyen de normes régionales.  

Les bâtiments LEED à ventilation naturelle sont-ils plus sains?

Date de publicationmai 31, 2010
AuteurStorey S, Bartlett K
Maison d'édition CCNSE
Date d'affichagedéc 15, 2010
RemarqueLe contenu de ce document ressort de la responsabilité des auteurs.