Vous êtes ici

Prix du travail étudiant 2012 du CCNSE - S Jalili

Enquête sur les contaminants organiques des machines à tatouer

S Jalili
l'Institut de technologie de Colombie-Britannique : santé environnementale

Les ouvrages de référence sur la culture de base nord-américaine, les revues professionnelles et les magazines considèrent le tatouage comme une forme d'art bien établie. Au cours des trois dernières décennies, le tatouage a fait l'objet d'une popularité accrue dans le monde. Pour le Canada, outre les lignes directrices fédérales, plusieurs provinces ont des réglementations et des lignes directrices afin de réduire le risque de transmission de maladies dans les salons de tatouage. Les lignes directrices de Santé Canada pour les salons de tatouage déclarent qu'une machine à tatouer doit être couverte d'une poche en plastique pendant la procédure de tatouage, mais de nombreux artistes-tatoueurs n'appliquent pas cette recommandation.

La machine à tatouer électromagnétique est l'outil le plus utilisé pour les tatouages en Amérique du Nord et la croyance générale parmi les artistes-tatoueurs est que la présence d'une poche en plastique crée une charge électrostatique en raison de la rapidité de mouvement de l'aiguille, ce qui renforce le dépôt de contaminants organiques sur la machine à tatouer. L'objectif de l'étude était d'analyser les contaminants organiques qui se créent sur une machine à tatouer pendant la procédure de tatouage et d'évaluer si l'utilisation d'une poche en plastique comme couverture générait une augmentation de la charge organique.

À l'aide d'écouvillons rapides, 19 échantillons ont été collectés sur une machine à tatouer couverte d'une poche en plastique et 19 autres sur une machine non couverte d'une poche en plastique. Les écouvillons ont été analysés par l'intermédiaire d'un système de surveillance hygiénique ATP et les données (unités relativement légères) ont été comparées. Les résultats ont montré une augmentation trois fois supérieure de la charge organique sur les machines non couvertes d'une poche en plastique, ce qui suggère qu'une couverture en plastique fournit un niveau supplémentaire de sécurité en réduisant les contaminants organiques qui se déposent sur la machine à tatouer.