Vous êtes ici

Les espaces verts peuvent atténuer les symptômes de TDAH chez les enfants

Les espaces verts peuvent atténuer les symptômes de TDAH chez les enfants

Helen Ward

Au Canada, quatre personnes sur cinq vivent dans des villes moyennes et grandes. Le fait d’être entourés de bâtiments, de béton, de voitures, de bruit et de pollution 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 a des répercussions sur notre santé physique et mentale ainsi que sur celle de nos enfants. On sait que les environnements naturels et les espaces verts ont des effets positifs sur la santé mentale des enfants; mais dans les villes, les espaces verts se limitent souvent aux parcs, aux jardins et aux terrains de jeu. Il n’est pas toujours facile de s’y rendre, et ils sont parfois petits ou de mauvaise qualité. Les enfants qui n’ont pas accès à des espaces verts présentent davantage de troubles du comportement.

De plus en plus d’enfants reçoivent un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Au Canada, environ 5 % des enfants d’âge scolaire en sont atteints, et 5 % en présentent des symptômes majeurs. Les comportements associés au TDAH ont des répercussions sur la vie des enfants atteints et sur celle de leur famille. Nombre d’entre eux traitent leurs symptômes par les médicaments et la thérapie comportementale.

Les espaces verts urbains et le TDAH

L’accès aux espaces verts améliore la santé mentale des enfants et aide à réduire l’intensité des comportements et des symptômes associés au TDAH. Lorsqu’ils vivent près d’espaces verts de bonne qualité, les enfants sont généralement moins « difficiles »; ils présentent moins de symptômes émotionnels et de problèmes de conduite ou avec leurs pairs, et ils sont moins hyperactifs. Les enfants d’âge scolaire vivant près d’espaces verts présentent également moins de symptômes de TDAH et d’inattention, et ceux qui en sont atteints voient leurs symptômes s’atténuer.

Les enfants défavorisés présentent moins de symptômes associés au TDAH lorsqu’ils ont accès à des espaces verts urbains, ce qui est important pour un environnement bâti équitable en matière de santé environnementale. Même s’il reste des questions sans réponse, nous savons qu’un accès suffisant à des espaces verts de qualité peut atténuer les symptômes de TDAH. Les espaces verts pourraient donc constituer une thérapie prometteuse pour les enfants atteints.

Pour faire en sorte qu’il y ait suffisamment d’espaces verts de qualité dans l’environnement bâti, les professionnels de la santé publique pourraient collaborer avec des urbanistes municipaux et d’autres professionnels du milieu. Dans les villes, où le rythme de vie est particulièrement rapide, cela pourrait transformer la vie des enfants atteints de TDAH et de leurs familles. Les enfants ont peu à perdre et possiblement beaucoup à gagner à sortir profiter de l’environnement naturel.

Ressources associées